Les avancées pour un objectif eau dans l’agenda post-2015 des Nations unies

Crédit : AFD

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau le 22 mars, 57 pays ont signé et envoyé un document officiel de sollicitation au Secrétaire général des Nations unies pour un objectif eau à part entière dans l’agenda post 2015. La France a signé ce document.

Lors de la dernière réunion début avril de l’Open Working Group, groupe de travail de l’Assemblée générale des Nations unies sur les Objectifs du Développement Durable (ODD), des discussions ciblées sur l’eau et l’assainissement ont été organisées. Il en résulte un certain consensus sur l’importance d’avoir un objectif eau prenant en compte les propositions soutenues par UN Water et le Partenariat français pour l’eau.

Ce groupe est particulièrement important car il regroupe 70 pays qui soumettront un rapport final en juin, avec des propositions d’objectifs. Les premières orientations données par les Nations unies sur l’agenda post 2015 seront présentées en  septembre 2015 lors de la prochaine réunion de son Assemblée générale.

Ces dernières avancées envoient un signe positif au Partenariat français pour l’eau et à son groupe de travail sur l’agenda post 2015 qui travaille activement depuis un an avec ses membres sur ces questions, notamment en incitant leurs partenaires, du Nord comme du Sud, à engager un plaidoyer vers leurs gouvernements en faveur d’un objectif eau.

Le PFE travaille avec des équipes du ministère des Affaires étrangères pour proposer des cibles, indicateurs et systèmes de mesures et de mise en œuvre concrets pour la définition de cet objectif. Il porte aussi un fort intérêt à la prise en compte de l’eau dans d’autres objectifs liés à ce secteur (agriculture, santé, énergie, genre, biodiversité, villes durables, etc.)

Une liste du positionnement actuel des différents pays est disponible, et pourra être distribuée aux membres selon leur demande. Pour avoir cette liste contacter : heloise.chicou@partenariat-francais-eau.fr

Consultez la note synthétique de positionnement des membres du PFE sur l’agenda post 2015

Lettre ouverte World Water Day 2014

11/04/2014

Le PFE impliqué dans la préparation du Forum mondial urbain de Medellin

Le prochain forum urbain mondial (FUM) s’est tenu du 5 au 11 avril 2014 à Medellin. Cet événement est la principale conférence au niveau mondial portant sur l’urbain et à lieu tous les deux ans dans une ville différente. Il s’agit d’un forum technique, non-engageant d’un point de vue législatif, porté par le programme des Nations Unies  sur les établissements humains (ONU-Habitat).

 Le Partenariat Français pour l’Eau ne pourra pas participer physiquement à cet événement cette année, mais il s’est rapproché du Partenariat français pour la ville et les territoires (PFVT), en charge du Pavillon France et de l’organisation de la délégation française. Par ce biais, il a pu diffuser les messages de ses membres sur l’eau dans les « villes durables » sur le Pavillon France de ce forum. Il a centralisé les publications clés et documents de ses membres qui seront diffusées toute la semaine sur le Pavillon France.

11/04/2014

Parution des résultats du projet « Eau et économie verte en France : freins et solutions »

L’Académie de l’Eau et le Partenariat Français pour l’Eau, en lien avec l’IDDRI, ont encadré un projet collectif « Eau et économie verte en France : freins et solutions » réalisé par un groupe de quatre étudiants en relations internationales à Sciences Po.

Crédit: Kianoush Ramezani

Crédit: Kianoush Ramezani

La conférence Rio + 20 a consacré le concept « d’économie verte » qui concilierait amélioration du bien-être humain et réduction des risques environnementaux, porteuse d’emplois et d’innovations, en lien avec les préoccupations environnementales.

Le secteur de l’eau et de l’assainissement est l’un des plus concernés par cette nouvelle économie. L’époque de l’eau « facile » est remise en cause par les coûts élevés de la pression sur les milieux, la dégradation de la qualité des eaux au détriment des zones humides et de la biodiversité, la croissance spectaculaire des besoins en eau douce, l’insécurité hydrique liée à la compétition entre les usages alimentaires, énergétiques et industriels, le changement climatique et le développement des événements hydro-météorologiques extrêmes.

L’économie verte dans le secteur de l’eau consiste, entre autres, à faire face à de nouveaux défis, ajoutant de la complexité aux enjeux existants : qu’est-ce qui, dans ce secteur, constitue une réponse innovante aux nouveaux enjeux ? Où sont les fronts pionniers et les nouvelles questions auxquelles le secteur ne répond pas encore ?

Une trentaine d’entretiens auprès d’acteurs français ont été menés entre octobre 2013 et février 2014. La synthèse de cette étude présente les résultats, dont les principaux sont :

  • Il y a un manque général d’appropriation du concept d’économie verte appliqué à la gestion de l’eau. Tout au plus le concept est-il perçu comme une volonté de faire converger les enjeux du développement durable avec ceux de la croissance économique ;
  • Il ressort de cette enquête une volonté, largement partagée par l’ensemble des acteurs interrogés, de faire émerger un modèle de gestion de l’eau plus durable ;
  • Il y a une perception répandue d’un manque général d’innovation (technique, économique, politique…) ;
  • Le volet social est peu évoqué ;
  • La France possède de véritables atouts, largement valorisables à l’échelle l’internationale, à commencer par son modèle de gestion par bassin, et sa forte capacité d’innovation technologique ;
  • Les élus locaux apparaissent comme des acteurs dont la mobilisation semble déterminante.

Un colloque a été organisé le 7 avril 2014, de 9h30 à 13h30 au pavillon de l’eau de la ville de Paris afin d’échanger sur les conclusions de ce projet collectif.

Ce travail a permis de mettre en avant des projets, comme celui du lac du Bourget porté par Comité intersyndical pour l’assainissement du lac du Bourget et financé par l’agence de l’eau RMC, qui pourront être valorisés à l’international, notamment lors du Forum mondial de l’eau de Corée.

Consultez l’étude

11/04/2014

L’eau au cœur des questions de changement climatique

Les récentes négociations internationales (COP), comme le dernier rapport du GIEC (groupe intergouvernemental d’experts du climat) (5ème rapport mars 2014), dévoilent les préoccupations croissantes sur les conséquences d’un réchauffement climatique mal maîtrisé sur la ressource en eau, ainsi que le rôle que peut jouer l’eau dans l’atténuation et le besoin de renforcer les stratégies d’adaptation dans un avenir incertain.

Bien que l’évolution du climat reste sujette à diverses fluctuations, la nature des risques auxquels nous allons devoir faire face est de plus en plus claire. De nombreux exemples montent que le secteur de l’eau peut apporter une contribution à l’atténuation et qu’il est au carrefour de quasiment toutes les stratégies d’adaptation.

 Le Partenariat français pour l’eau a analysé les enseignements du Volume 2 du 5ème rapport du GIEC sur « Changements climatiques 2014: conséquences, adaptation et vulnérabilité », sur le volet eau de ce document.  Consulter ce document : PFE – Enseignements du GIEC pour le monde de l’eau

 Le Partenariat français pour l’eau travaille avec ses membres afin de souligner l’importance de prendre en compte l’eau dans les négociations internationales et d’aider les gestionnaires en eau à intégrer les conséquences du changement climatique dans leur planification.

 L’eau est un secteur sur lequel il apparait possible pour la France d’apporter des messages positifs aux COP tant à partir des expériences nationale, qu’européenne et internationale. En outre, les multiples expertises de la France et de ses nombreux acteurs à ce sujet, publique et privé, pourrait y être fortement valorisée.

 Le Partenariat français pour l’eau, travaille avec ses partenaires pour valoriser les expériences de ses membres en la question.

 Au-delà d’un changement de paradigme, ne cherchons plus à dire que nous pouvons, mais disons-nous que nous faisons.

@World Bank

11/03/2014

 

Le Partenariat français pour l’eau en ordre de marche pour coordonner la participation des acteurs français de l’eau lors du Forum mondial de l’eau

Le Forum mondial de l’Eau est organisé tous les 3 ans par le Conseil Mondial de l’Eau et un pays hôte, comme un lieu de débat et d’échanges sur les questions d’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous.

Ses objectifs sont :

Réunir l’ensemble des parties prenantes pour débattre des questions liées à l’eau et à l’assainissement

- Formuler des propositions concrètes et favoriser l’action

- Susciter un engagement politique réel et durable en faveur de l’eau

Le Forum mondial de l’eau de Marseille en 2012 avait rassemblé plus de 35 000 participants du monde entier, dont des chefs d’Etats, les entreprises, la société civile, les collectivités, les organismes scientifiques… Il avait été notamment un temps fort pour la prise d’engagements des différents acteurs envers les questions d’eau et d’assainissement.

 Le Forum mondial de Corée du Sud, se tiendra du 12 au 17 avril 2015. Il se déroulera dans deux villes du sud-est : Daegu pour les processus thématique, science et technologie et l’EXPO, et Gyeongju, pour les processus régional, politique et citoyen.

 Les 2 enjeux généraux globaux de 2015 qui vont dominer la préparation et le Forum et qui sont liés sont :

- l’Assemblée générale des Nations unies de septembre 2015 et l’obtention d’un Objectif Eau post 2015 à part entière pour que ce secteur soit une vraie priorité de la communauté internationale pour les 15 années à venir

- la Conférence des Nations unies sur le climat à Paris en novembre-décembre 2015 pour que l’eau soit y traitée comme un sujet principal

Le prochain forum, en 2018, se tiendra à Brasilia au Brésil.

Le Partenariat français pour l’eau organisera lors du forum un espace France et coordonnera les participations de ses membres et groupes de travail pour cet événement.

Consulter de dernier compte rendu de préparation du Forum et ses orientations: Communiqué réunion parties prenantes 27 28 février 2014 Forum mondial de l’eau

En savoir plus …

date 14 15 may 2013 place exco daegu korea organizers korean ministry ...

11/04/2014

 

Entretien avec l’Office International de l’Eau

Le Partenariat francais pour l’eau a pu s’entretenir avec le directeur général de l’ Office International de l’eau (OIEau), Monsier Donzier.

Monsieur Donzier, quel est le travail de l’OIEau à l’International ?

L’Office International de l’Eau (OIEau) intervient en Europe et dans le Monde pour apporter les appuis souhaités par les Gouvernements ou les Autorités locales, afin de conduire des réformes institutionnelles  permettant une meilleure gestion des ressources en eau dans les bassins nationaux et transfrontaliers et une gouvernance efficace des services collectifs  d’irrigation, de l’eau potable, de l’assainissement et des déchets, passant notamment par des réorganisations et par la formation professionnelle.

Il intervient en particulier pour aider les Pays candidats ou associés à l’Union Européenne à appliquer les directives communautaires du secteur de l’eau.

Quel est l’intérêt pour l’OIEau de faire partie du PFE ?

Le PFE permets d’améliorer collectivement la visibilité des actions internationales et les messages de tous les organismes français du secteur de l’eau, de mieux se connaitre entre eux et de promouvoir des activités communes d’influence dans les différentes enceintes multilatérales. L’OIEau et le PFE sont complétement complémentaires dans la diffusion des approches françaises de la gestion de l’eau dans leurs domaines d’activités respectifs.

Quels messages l’OIEAU veut-il faire passer sur l’actualité internationale, notamment dans la perspective du prochain forum ?

L’OIEau assure le secrétariat mondial du Réseau International des organismes de Bassin (RIOB) et du Réseau International des Centres de Formation aux Métiers de l’Eau (RICFME) et à ce titre porte des messages forts : d’une part, pour la promotion de la gestion intégrée des bassins nationaux et transfrontaliers des fleuves, des lacs et des aquifères, face en particulier aux grands changements globaux et climatiques, et, d’autre part, sur l’importance de la formation professionnelle à tous les niveaux pour assurer le bon fonctionnement des services collectifs des eaux. Bien entendu, l’OIEau et ses partenaires se font les avocats de la nécessité que la bonne gouvernance de l’eau soit retenue comme un des grands Objectifs du Développement Durable de l’ONU en 2015.

10/04/2014

Journée mondiale de l’eau le 22 mars : intégrer les politiques de l’eau et de l’énergie au plan international

Cette année, la Journée mondiale de l’eau est consacrée aux thématiques de l’eau et de l’énergie.

Répondre simultanément à l’augmentation mondiale de la demande en eau et en énergie est un défi de taille, mais souvent peu mis en avant. Sous le triple effet de la démographie – 9 milliards de personnes sont attendues en 2050 selon l’ONU (2012) -, du développement économique et de l’évolution des modes de consommation, la demande globale en énergie devrait doubler, voire tripler d’ici 2050. Concomitamment, les besoins globaux en eau pour les activités humaines devraient augmenter de 40% d’ici à 2030 et de 70% s’agissant de l’eau potable.

Les acteurs français, impliqués au sein du Partenariat Français pour l’Eau, travaillent sur plusieurs actions pour convaincre la communauté internationale :

  • d’inscrire dans ses priorités pour les quinze années à venir (l’Agenda post-2015) un Objectif « Eau » et un Objectif « Energie », lesquels étant tous deux mis en cohérence et prenant en considération les enjeux respectifs de ces deux secteurs ;
  • de mettre en cohérence ses politiques des secteurs de l’eau et de l’énergie ;
  • de mettre en place, à la maille de chaque bassin ou sous-bassin hydrographique, des instances spécialisées, impliquant l’ensemble des parties-prenantes et intégrant les enjeux domestiques, environnementaux, énergétiques, et alimentaires
  • de développer un cadre d’analyse des interactions physiques et économiques de l’eau et de l’énergie, appuyés sur des démarches scientifiques,
  • de définir et mettre en œuvre des stratégies d’adaptation et d’atténuation au changement climatique, conjointes entre les secteurs de l’eau et de l’énergie.

Consulter le communiqué de presse: Communiqué PFE Journee mondiale de l’eau 22 mars 2014

@UN Water

22/03/2014

La Conférence des Nations unies sur le Climat en novembre-décembre 2015 (COP 21 au Bourget) : une opportunité pour peser dans les débats

Les conférences des parties (COP) sur le changement climatique réunissent 195 pays pour décider ensemble des décisions, règles et actions de réduction des gaz à effet de serre et d’adaptation et d’atténuation au changement climatique. Ces conférences ont lieu chaque année et regroupent les Etats, mais aussi de nombreux acteurs de la société civile (entreprises, collectivités, ONG). La France organisera la COP 21 à Paris, le Bourget, en 2015. Cette COP sera particulièrement importante car elle devra permettre de créer un nouvel accord climatique mondial.

Tous les pays doivent parvenir en 2015 à un accord  applicable à tous, juridiquement contraignant et ambitieux, permettant de respecter l’objectif que s’est fixé la communauté internationale de contenir le réchauffement climatique à 2 degré Celsius.

Le groupe de travail du Partenariat français pour l’eau sur l’eau et l’adaptation au changement climatique, en lien avec celui sur l’eau et l’énergie, et l’eau et la sécurité alimentaire, envisage d’organiser des événements multi-acteurs lors de la COP 21.

Cet événement majeur représente une opportunité forte pour mettre en avant la nécessité d’une prise en compte renforcée de l’eau, de la sécurité alimentaire et de l’énergie dans les négociations.

Pour plus d’informations, lire la présentation des COP (MAE, 2013)

31/12/2013

2014 sera l’année internationale de l’agriculture familiale

L’année internationale 2014 est dédiée par les Nations unies à l’agriculture familiale. Elle sera l’occasion de mettre cette thématique au premier plan dans les enceintes internationales et dans les négociations pour l’Agenda post 2015, alors qu’encore aujourd’hui, les ¾ des pauvres dans le monde sont des ruraux (Banque mondiale, 2008) et cette agriculture fait vivre 2/5ème de l’humanité.

Cette année vise à rehausser l’image de l’agriculture familiale, en focalisant l’attention sur leur contribution significative à l’éradication de la faim et de la pauvreté dans le monde, à l’amélioration de la sécurité alimentaire, de la nutrition et des moyens d’existence, à la gestion des ressources naturelles (eau, écosystèmes, terres), à la protection de l’environnement et au développement durable.

L’agriculture familiale englobe toutes les activités agricoles reposant sur la famille, en connexion avec de nombreux aspects du développement rural. Elle permet d’organiser la production agricole, forestière, halieutique, pastorale ou aquacole qui, sous la gestion d’une famille, repose essentiellement sur de la main-d’œuvre familiale, aussi bien les hommes que les femmes.

Le groupe eau et sécurité alimentaire du Partenariat Français pour l’Eau, présidé par le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), s’investira dans cette initiative, notamment à travers l’organisation de la deuxième édition du Séminaire Eau et Sécurité Alimentaire en Méditerranée (Sésame 2) au Maroc en avril 2014.

31/12/2013

Deux rendez-vous à ne pas manquer sur l’eau et l’énergie en 2014 et 2015

Les appels à contributions pour plusieurs événements sur l’eau et l’énergie sont d’ores et déjà ouverts pour plusieurs événements :

La Conférence internationale sur l’eau et l’énergie du 29 au 31 octobre 2014 à Lyon sur le « lien eau et énergie : enjeux pour les territoires, impact sur l’alimentation et la santé »

Cet événement, prévu initialement du 18 au 20 juin  a été repoussé en octobre. Il est co-organisé par la Communauté urbaine de Lyon, le Conseil régional Rhône-Alpes, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse et EDF, en partenariat avec le Conseil mondial de l’eau et le Partenariat Français pour l’Eau. Vous pouvez proposer des contributions sur 5 grands thèmes :

  1. Gouvernance de l’eau et de l’énergie et de développement des territoires
  2. Les impacts de l’eau sur l’énergie et de l’énergie sur l’eau
  3. Nexus eau, énergie et alimentation
  4. Accès à l’eau et à l’énergie : comment traiter les 2 services conjointement ?
  5. L’innovation dans l’eau et dans l’énergie, créatrice de valeur (économique, environnementale, sociétale)

Les propositions de contribution (résumé de 1 à 2 pages, en français ou en anglais) devront être envoyées par voie électronique à l’adresse suivante : waterenergyconference-lyon2014@edf.fr

La date limite des appels à contributions est repoussée au 15 février 2014

Pour participer, cliquez ici

Pour plus d’informations sur cet événement, cliquez ici

La Semaine mondiale de l’eau à Stockholm (31 août – 5 septembre 2014)

La Semaine mondiale de l’eau à Stockholm aura pour thèmes les liens entre eau et énergie et la date limite de dépôt des candidatures au secrétariat de Stockholm pour participer est 19 janvier 2014.

Les membres du groupe de travail du PFE sur l’eau et l’énergie s’investiront conjointement lors de cette manifestation en organisant une session officielle. Nous vous invitons à nous faire part de votre intérêt à participer à cette session ou à tout autre événement avant le 13 janvier et de nous indiquer les sujets sur lesquels vous souhaiteriez vous positionner.

Pour participer, cliquez ici

31/12/2013

Partenariats, réseaux et acteurs de l’eau au plan international : agissez pour un Objectif Eau dans l’Agenda post 2015

La communauté internationale travaille à ses priorités pour la période 2015-2030. Elle adoptera cet « Agenda post 2015″ à l’Assemblée Générale des Nations unies en septembre 2015.

Aujourd’hui, il existe un risque que l’eau, dans tous ses usages, n’y figure pas comme une priorité en ne faisant pas l’objet d’un Objectif post 2015 à part entière.

Dans ce contexte, les membres du Partenariat Français pour l’Eau directement impliqués ont préparé un argumentaire destiné à l’ensemble des membres de ce Partenariat ainsi qu’aux autres Partenariats, réseaux et acteurs de l’eau dans le monde pour que ceux-ci agissent en faveur d’un tel Objectif.

L’argumentaire précise les actions qui peuvent être menées en ce sens.

N’oublions pas que l’obtention d’un Objectif Eau permettra une mobilisation des Gouvernements et des bailleurs de fonds en faveur de cette ressource vitale.

Nous vous remercions d’avance pour les actions que vous mènerez pour cette cause majeure.

Consultez l’argumentaire: Plaidoyer générale pour acteurs et réseaux pour une objectif eau dans l’agenda post 2015

@Programme Solidarités Eau

26/11/2013

Le PFE, co-organisateur du colloque sur les systèmes de gestion de l’eau et de l’assainissement non centralisés à Nancy (14-15 novembre 2013)

Ce colloque, co-organisé par le PFE et le Partenariat allemand pour l’eau notamment, portait sur les systèmes de gestion de l’eau et d’assainissement non centralisés, c’est-à-dire qui fonctionnent à l’échelle d’une habitation, d’un immeuble, d’un quartier ou d’un établissement industriel. Ils réalisent localement des fonctions de traitement, de stockage et de transport.

L’idée d’organiser des cycles de conférences franco-allemandes est née à Bonn en 2012 lors de la conférence internationale sur le nexus « sécurité alimentaire, eau et énergie », dans le but de renforcer la coopération entre ces deux pays et de promouvoir les innovations et les technologies dans le domaine de l’eau sur les sujets de gestion non centralisées.

A partir de retours d’expériences, le colloque a présenté les solutions offertes par les acteurs français et allemands, dans des contextes économiques, réglementaires (sanitaires) et administratifs différents. Différentes actions vont être lancées en relation avec le Partenariat allemand, les deux ministères de l’environnement ainsi qu’avec les Pôles de compétitivité pour promouvoir ces approches décentralisées en Europe et dans le monde.

Plus d’informations sur le colloque 

L'ouverture du colloque par Henri Bégorre

31/12/2013

Après la crise des Philippines, le besoin de créer un lien entre urgence, reconstruction et développement

Crédit photo : Reuters/NASA/ Karen NybergLe typhon, qui a touché les Philippines début novembre 2013, a déplacé plus de 4 millions de personnes et en a tué des milliers. Il laisse les populations locales dans des situations extrêmement précaires notamment en termes d’accès aux services essentiels. Les six Agences de l’eau se sont mobilisées pour aider les Philippines et apportent une aide dans le cadre de la Loi Oudin Santini pour des projets d’eau et d’assainissement.

Ce typhon rappelle l’importance pour les acteurs de l’eau d’assurer la période de reconstruction et de développement dans leurs projets de soutien aux populations locales, condition fondamentale pour la viabilité de l’aide en période de crise.

Le groupe de travail du Partenariat français pour l’eau « Prévenir et répondre aux crises liées à l’eau -

Gestion des risques, réponse humanitaire et lien avec la reconstruction et le développement » travaille avec ses membres tels que Action contre la faim, le Secours Islamique, Solidarités international, l’Association française de prévention des crises naturelles et c, pour assurer une réflexion au niveau français et international sur la gestion et prévention des crises dans le domaine de l’eau (ceci dans la suite du travail entrepris lors du Forum mondial de l’eau de Marseille).

Ce groupe travaille sur plusieurs axes :

- Il cherche à offrir des contributions pour la poursuite, en 2015, du cadre d’action de Hyōgo qui définit au niveau international un cadre d’action pour que les nations et collectivités soient résilientes aux catastrophes

- Il souhaite contribuer à la réflexion internationale lors du Forum mondial de l’eau sur cette thématique

- Il souhaite proposer des contributions au gouvernement Français dans la définition d’indicateurs liés à la prévention et gestion des crises dans le domaine de l’eau.

 

31/12/2013

La promotion des innovations et des savoir-faire français dans le domaine de l’eau : un nouveau chantier qui vous concerne tous

Le groupe de travail sur la promotion des innovations et des savoir-faire français dans le domaine de l’eau à l’international s’est réuni pour la première fois en novembre 2013.

Ce groupe de travail a trois objectifs majeurs de :

- contribuer au renouvellement de l’image des acteurs français à l’international (réflexion multi-acteurs, élaboration d’une stratégie et définition de messages communs…), en contribuant à rendre visible l’ensemble des compétences de la filière eau en France,

- créer une palette d’outils de communication adaptée sur ces thèmes (portail des innovations, cartographie multi-acteurs…),

- organiser les contributions françaises aux événements internationaux.

Un projet d’ampleur : la réalisation d’un portail vitrine de la multiplicité des compétences françaises

Un processus de concertation est initié sur le projet de réalisation d’un portail des savoir-faire et des innovations françaises dédié spécifiquement au domaine de l’eau pour valoriser les compétences dans ce domaine et pour placer l’eau comme une problématique centrale en termes d’innovations.

Ce portail serait destiné aux acteurs français de l’eau ayant des activités à l’international, aux maitres d’ouvrages et décideurs étrangers et, plus généralement, aux monteurs d’opération cherchant des partenaires.

Vous êtes un acteur de l’eau intéressé par ce projet et souhaitez exprimer vos attentes ?

Une enquête préalable à la réalisation de ce portail sera bientôt disponible sur le site du PFE et de l’ASTEE.

 31/12/2013

Retours de la conférence des parties (COP) sur le changement climatique de Varsovie 11 – 22 novembre 2013

Les conférences des parties (COP) sur le changement climatique réunissent 195 pays pour décider ensemble des décisions, règles et actions de réduction des gaz à effet de serre et d’adaptation et d’atténuation au changement climatique. La COP 21, organisée en France en 2015, sera particulièrement importante car elle devra permettre de créer un nouvel accord climatique mondial.

Le président du groupe de travail du Partenariat Français pour l’Eau s’est rendu à la COP de Varsovie en novembre 2013. Cette COP a balisée les contours vers la COP qui se déroulera à Paris en 2015. Les pays ont convenu d’un calendrier pour définir et présenter des engagements pour la réduction des gaz à effets de serre d’ici 2015. La question des financements pour assurer des mesures d’atténuation et d’adaptation au changement climatique est un point crucial du débat.

Même si l’eau n’est pas un thème de négociations officielles, chacun a pu noter que cette thématique ressortait dans la très grande majorité des dossiers mis en valeur, notamment par les organismes de financement. Dans le cadre des espaces d’exposition, le Global Water Partnership avait exprimé l’intérêt d’assurer une présence « eau » avec la publication d’un rapport spécifique sur l’adaptation au changement climatique dans le domaine de l’eau intitulé « Sécurité en eau et développement résilient au changement climatique ». L’Organisation Mondiale Météorologique était aussi présente pour assurer la promotion des services climatiques.

Le Partenariat Français pour l’Eau a co-organisé avec de nombreux partenaires étrangers (SIWI, Global Water Partnership, Alliance for Global Water Adaptation, Conservation International, le gouvernement Suisse, le gouvernement du Danemark) un side-event le 21 novembre « From negociation to action on the ground – promoting coherence on adaptation ». L’objectif de ce side-event était d’utiliser le cas de l’eau comme un exemple riche en enseignements pour développer des stratégies d’adaptation au changement climatique.

Le PFE travaille activement aujourd’hui auprès de ces partenaires internationaux et ses membres français pour organiser un cadre de participation  pour les acteurs de l’eau dans les conventions climats notamment celle qui sera organisée en France en 2015.

31/12/2013

Le regard de Daniel Marcovitch (syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne) sur le PFE

Le PFE est la seule structure en France dédiée à l’action internationale qui regroupe en son sein la totalité des acteurs de l’eau au travers des différents collèges qui le composent. Le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (SIAAP), en tant qu’institution interdépartementale,  fait partie de celui des collectivités locales, et cela lui permet de travailler avec non seulement avec d’autres collectivités, mais aussi avec la société civile et les représentants des différents ministères.

Certes le SIAAP est déjà engagé dans l’action internationale tant pour la coopération décentralisée que par la participation à des organismes internationaux tel que le GWOPA, partie du programme Habitat des Nations unies, ou le Conseil Mondial de l’Eau qui porte les forums mondiaux tous les 3 ans. Le PFE est donc pour nous un acteur et un partenaire irremplaçable dont nous attendons qu’il soutienne nos initiatives à l’étranger et les valorise au plan national comme expériences qui pourraient être reproduites par d’autres collectivités.

C’est ainsi que nous sommes souvent en situation de participer à la formation technique des agents des collectivités avec lesquelles nous coopérons, cet aspect de formation devrait mieux être pris en compte car il véhicule le savoir-faire français.

De même nous portons la gestion par bassins versants dans nos échanges et cette « école française de l’eau » doit aussi être l’axe majeur de la communication du PFE.

Mais surtout, et bien que je sache que c’est son action principale, le PFE doit se battre pour que l’eau soit reconnue comme un enjeu capital des programmes des Nations unies post 2015.

31/12/2013

 

Promouvoir les innovations et les savoir-faire français dans le domaine de l’eau à l’international

Président du groupe : Pierre-Alain Roche (ASTEE)

Le paysage français est actuellement caractérisé par l’hétérogénéité et la multiplicité des acteurs/réseaux d’acteurs de l’eau, couplé d’un déficit de visibilité de leurs actions et de leurs compétences à l’international. Les acteurs français intéressés à faire connaître les savoir-faire français à l’international ont exprimé souvent le regret de ne pas disposer d’outils collectifs adaptés. Le contrat de filière présenté récemment par le COSEI cite explicitement le besoin de progresser dans ce domaine. Ce besoin est permanent, mais trouve une expression particulière lors d’événements internationaux pour lesquels le PFE est chargé d’organiser l’expression collective des acteurs français.

2015 marque, par 2 grands événements internationaux (le 7ème forum mondial de l’eau (WWF7) et la COP 21 en France), un jalon majeur pour la prise en compte de l’eau au niveau mondial. Le prochain Forum mondial de l’eau se tiendra en avril 2015 en Corée du sud à Daegu-Gyeongbuk. Il comportera un nouveau processus « sciences et technologies » qui viendra compléter les processus thématique, régional et politique qui avaient été mis en place lors des précédents forums. Dans ce contexte concurrentiel où les acteurs français sont très présents, il apparaît nécessaire de valoriser leurs compétences et savoir-faire dans une dimension multi-acteurs en lien avec un message politique positif de notre pays.

La France va aussi accueillir la Conférence des Parties sur le Climat (COP 21) au Bourget en novembre-décembre 2015. Cet événement majeur (des décisions importantes devraient y être prises pour l’avenir tant sur l’atténuation que sur l’adaptation au changement climatique) représente une opportunité politique forte pour mettre en avant la nécessité d’une prise en compte renforcée de l’eau dans les négociations. Les savoir-faire français en matière d’innovation et de recherche dans ce secteur devront y être promus.

Ces 2 événements constituent les premières occasions d’accroître la visibilité de l’offre française.

Le PFE et l’ASTEE, avec l’appui d’UbiFrance, proposent d’animer un travail collectif pour produire de nouveaux outils répondant à ces attentes, en particulier un Portail web, en s’appuyant sur une gouvernance comportant un comité stratégique et un groupe de travail de mêmes intitulés : « Promotion des innovations et des savoir-faire et français à l’international dans le domaine de l’eau».

Objectifs généraux

Contribuer au renouvellement de l’image des acteurs français à l’international, en intégrant la promotion de solutions intégrées et multi-acteurs comme l’une des signatures importantes et originales de l’offre française,

Apporter des contributions françaises et être visible dans les enceintes internationales et définir des messages collectifs vers l’international,

Créer un portail des savoir-faire français qui améliore la visibilité de l’offre      française globale et des acteurs sur des thématiques de l’innovation et la      technologie, mais aussi sur des innovations institutionnelles, socio-anthropologiques, juridiques, environnementales ou économiques,

Contribuer à la mise en œuvre opérationnelle des solutions innovantes et      scientifiques en proposant en France les évolutions utiles pour créer un      environnement institutionnel et juridique favorable à l’innovation,

Identifier la demande à l’international et, à terme, contribuer à faciliter      l’intégration des offres françaises (partenariats, offres conjointes, etc.).

Événements proposés avec l’implication du PFE

2014: Congrès d’Orléans, juin ;

2015 : Forum mondial de l’eau Daegu-Gyeongbuk, Corée du Sud, Cop Climat, Paris, décembre.

Rejoindre le groupe de travail

Pour rejoindre le groupe de travail veuillez contacter : heloise.valette@partenariat-francais-eau.fr

L’Assemblée générale des Nations Unies vient d’adopter sa résolution sur le droit de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement

L’Assemblée générale des Nations Unies vient d’adopter au consensus sa résolution A/C.3/68/L.34/Rev.1 sur le droit de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement.

Son intérêt est surtout politique. Il est de solidifier le Droit à l’eau en faisant adopter par l’Assemblée Générale des Nations Unies au consensus les termes précis adoptés en septembre 2010 par le Conseil des Droits de l’Homme ONU.

Cette résolution peut être considérée comme un appel clair  à mettre l’Eau (et le droit à l’eau) dans les Objectifs post-2015 des Nations unies.

Consultez la résolution: Résolution Nations unies : droit à l’eau potable et à l’assainissement

26/11/2013

Les contours du prochain Forum mondial de l’eau, 2015, Corée du Sud

Le Conseil mondial de l’eau (CME) et les autorités coréennes, ont pu annoncer les premiers contours du prochain Forum mondial de l’eau, plus grand évènement international d’échange sur la question de l’eau. Ce forum sera structuré par des processus thématique, régional, sciences et technologies et politique.

Un Gouverneur français du CME est membre de chacune des commissions internationales correspondantes. Par ailleurs, le PFE co-présidera le processus Europe avec le Partenariat Danois pour l’Eau, ce qui devrait permettre de valoriser différents savoir-faire européens liés à la Directive-cadre sur l’eau et aux innovations.

Veuillez consulter la brochure de présentation de ce prochain forum ci contre: Brochure de présentation du prochain Forum mondial de l’eau, Corée  du Sud

@ Pierre Alain Roche