Committed to water for the world Engagés pour l’eau du monde

Accès à l'eau potable

Faire de l’accès à l’eau potable un droit effectif pour tous

Objectifs

Les membres du Partenariat Français pour l’Eau soutiennent la déclaration de l’Assemblée générale des Nations unies de 2010 reconnaissant le droit à l’eau potable et à l’assainissement comme un droit de l’Homme.

Pourtant, malgré cette déclaration, ce droit est loin d’être une réalité pour tous les êtres humains. Selon l’OMS et l’UNICEF (JMP 2014), 1,8 milliards de personnes consomment aujourd’hui une eau contaminée par des matières fécales.

La mise en œuvre du droit de l’Homme à un accès à l’eau potable reste donc ouverte, d’autant que les problématiques diffèrent entre pays et  notamment entre les zones rurales et les zones urbaines.


Présidente du Groupe de Travail accès à l’eau potable du PFE :

Sandra Metayer, Coordinatrice de la Coalition Eau 


Sur cette thématique, les membres du Partenariat Français pour l’Eau soutiennent :

  • La mise en œuvre effective du droit de l’Homme à l’eau potable

Au-delà des reconnaissances officielles, le droit de l’Homme à l’eau potable doit être mis en œuvre de manière effective par chaque Etat via notamment : la mise en place d’un cadre législatif et réglementaire approprié, le partage solidaire des coûts afin que les prix soient abordables pour chaque catégorie d’usagers, la participation des usagers à la gestion de l’eau.

  •  Implication et renforcement des acteurs locaux (collectivités locales, société civile, opérateurs privés) dans la mise en œuvre des services public locaux d’eau

Pour garantir une bonne gestion des services d’eau au niveau local, il convient de préciser les responsabilités des diverses autorités publiques, des gestionnaires des services et des usagers.

Pour être efficace, leur collaboration pourra s’appuyer sur une contractualisation.

Un mécanisme de contrôle et de régulation, assuré par les autorités publiques, devra garantir la bonne gouvernance des services.

En outre, l’accent doit être mis sur la concertation entre les différents types d’acteurs du secteur (autorités publiques, opérateurs, usagers) et l’implication effective des citoyens, afin de permettre une bonne gestion du service de l’eau.

  • La mobilisation de financements pérennes répondant aux besoins réels

L’accès à l’eau potable est financé majoritairement par 3 types de financements (les 3 T) : les tarifs, les taxes et les transferts.

Ces financements peuvent être complétés par des sources de financement provenant des mécanismes de solidarité décentralisée (par exemple le 1% solidaire de la loi Oudin-Santini) ou autre types de financements innovants.

Des mécanismes de péréquation entre usagers doivent autre aussi être envisagés afin d’assurer au minimum le recouvrement des coûts de fonctionnement tout en permettant l’accès aux services d’eau potable pour les plus démunis, à un prix abordable.

  • L’amélioration des bases de données de monitoring pour le secteur

Les indicateurs et les systèmes de monitoring doivent être améliorés afin de faire connaître l’ampleur des besoins réels en matière d’accès à l’eau potable et d’assurer un suivi – évaluation des progrès.

Retrouvez la liste des événements eau et assainissement 2016 répertoriés par la Coalition Eau.

Actualités liées