Committed to water for the world Engagés pour l’eau du monde

Mécanismes de solidarité

Dans le cadre législatif de la loi Thiollière (2007) et de la loi Oudin Santini (2005), les membres du Partenariat Français pour l’eau ont engagé des actions de coopération décentralisée avec leurs partenaires des pays en développement. Plus largement, ils s’emploient à développer des mécanismes de solidarité décentralisée à l’international, de territoire à territoire, d'autorité locale à autorité locale, en s’associant avec leurs partenaires européens et internationaux.

Objectifs

 

 

jacques-oudin-quittera-bientot-ses-mandats-sur-lilePrésident du groupe de travail mécanismes de solidarité du PFE :
Jacques Oudin, Sénateur honoraire, père de la loi Oudin-Santini

 

 

 

 


 

 

 

Réunis au sein de ce groupe de travail, les membres du Partenariat Français pour l’Eau promeuvent la coopération entre autorités locales comme un outil innovant pour:

 

  1. Le renforcement de la coopération entre les territoires et l’échange d’expertises (Nord-Sud, Sud-Sud, Nord-Nord).
    La coopération décentralisée permet à une autorité locale du Nord d’apporter son soutien financier à des autorités locales du Sud et de développer les échanges entre professionnels Nord/Sud, ce qui contribue à renforcer et améliorer la gestion des services d’eau et d’assainissement. Ce type de coopération peut s’étendre aux autorités locales du Sud entre elles, favorisant ainsi la création d’une diplomatie des territoires forte et pérenne ;
  2.  Le renforcement des capacités des autorités locales pour la gestion de l’eau via une décentralisation effective des services d’eau et d’assainissement. La coopération décentralisée cherche à renforcer le rôle des autorités locales afin de favoriser une gestion locale, participative et pérenne des services ;
  3.  Assurer un accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous, soutenu par des mécanismes de financements innovants : la loi Oudin-Santini autorise les autorités locales françaises à consacrer jusqu’à 1% des recettes de leurs services d’eau et d’assainissement à des actions de solidarité internationale en faveur de ce même secteur. Une autorité locale peut entrainer avec elle d’autres partenaires financiers, en particulier les Agences de l’eau, ce qui permet d’accroitre et de diversifier les aides.

Actualités liées