COP23 de Bonn

06.11.17

Zoom sur la COP23 de Bonn, une COP de l’entre-deux qui devrait donner des signaux positifs pour la mise en oeuvre de l’Accord de Paris sur le climat pris en 2015. Le PFE y sera actif.

 

 

 

Date : 6-17 Novembre 2017

Lieu : Bonn

Organisateur : Nations unies, les gouvernements des Iles Fidji et de l’Allemagne

 

Site web de l’événement

 

 


 

COP23 : Le bilan du PFE 

 

La COP23 s’est achevé. Retrouvez notre bilan approfondi ici ainsi que notre communiqué de presse bilan.

 

En résumé : 

 

Le Partenariat Français pour l’Eau (PFE) et ses membres étaient présents à la COP23 de Bonn du 6 au 17 novembre derniers pour soutenir la cause de l’eau avec la communauté internationale de ce secteur dans les discussions liées au climat et représenter la diversité des savoir-faire français publics et privés de l’eau. Tour de piste des bonnes et mauvaises nouvelles de cette COP23.

 

Les bonnes nouvelles:

 

Cette COP a résonné par la forte montée en puissance de la société civile avec un foisonnement de projets mis en place par les villes, les entreprises, les ONGs, les agriculteurs à travers des Alliances de plus en plus structurées. 

 

De leur côté, les Etats ont lancé le Dialogue de Talanoa pour faciliter la révision d’ici 2020 de leurs engagements pris lors de la COP de Paris pour diminuer leurs rejets en gaz à effet de serre et s’adapter au changement climatique. En dernière minute, il a été décidé que le Fonds d’adaptation, jusqu’alors sous la tutelle du Protocole de Kyoto, servirait la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Cette décision favorise les projets d’adaptation et assure la stabilité et la continuité de ce Fonds si important pour les pays en développement.

 

Par ailleurs, les peuples autochtones et indigènes ainsi que l’approche par le genre sont désormais entièrement pris en compte dans les négociations et un accord a été trouvé pour la mise en place d’un programme de travail sur l’agriculture.

 

Certains Etats ont pris des initiatives conséquentes, par exemple, leur sortie du charbon. La France et l’Allemagne ont affirmé leur volonté d’un leadership européen pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Le Président français, Emmanuel Macron, a annoncé que la France et d’autres pays européens compenseraient les besoins de financements du GIEC, le groupement d’experts en charge des rapports mondiaux de référence sur l’évolution du climat, liés au retrait des Etats Unis. Il s’est également exprimé en faveur de la mise en place d’un prix plancher du CO2 au niveau européen et d’une taxe aux frontières de l’UE.

 

Les mauvaises nouvelles :

 

Les discussions sur des sujets cruciaux liés à la mise en œuvre de l’Accord de Paris, tel que le financement, n’ont que très peu avancé, avec un flou entretenu sur l’alimentation des différents fonds climat malgré des promesses formulées par certains pays développés, en particulier l’Allemagne, la Suède et la Belgique.

 

D’autres sujets majeurs, tels que les mécanismes de « pertes et dommages » sur la compensation des phénomènes climatiques extrêmes et la mise en œuvre des engagements climat pris par les pays d’ici 2020 n’ont pas abouties à de réelles décisions.

 

De nombreuses interrogations subsistent donc quant à la prochaine COP24 prévue en novembre 2018 alors que plusieurs rapports diffusés opportunément lors de cette COP23 montrent une nouvelle hausse en 2017 du CO2 dans l’atmosphère.

 

Les négociations, fortement coupées de la société civile cette année, ont abouti au renforcement d’un fossé entre les pays développés et en développement, amenant à une réaction vive de la part des pays en développement réunis au sein du G77. 

 

 

Et pour l’eau ?

 

 

Le 10 novembre s’est tenue une journée officielle pour l’eau qui a montré une mobilisation sans précédent de la communauté de l’eau internationale de ce secteur sous le slogan #climateiswater et une volonté collective de développer des solutions à beaucoup plus large échelle pour atténuer et s’adapter au changement climatique. Restent cependant de nombreuses interrogations quant à la passation des enseignements de cette journée et des autres journées thématiques vers les négociateurs et les Etats.

 

Les acteurs de la société civile peuvent faire beaucoup mais les Etats doivent impérativement mettre en place les cadres institutionnels nationaux pour favoriser la réalisation des projets.

 

70 membres du PFE étaient présents pour porter un plaidoyer actif et collectif. 4 événements organisés par le PFE ont su distiller des messages cruciaux sur l’adaptation liée à l’eau au sein des états insulaires, les stratégies de réduction de risques de catastrophes pour les services d’eau et d’assainissement, la projection d’un monde à +4°C et les conséquences attendues sur les ressources en eau, la promotion de solutions fondées sur la nature matérialisée par la diffusion d’une déclaration internationale ayant recueilli plus d’une centaine de signatures lors de cette COP.

 

 

Conclusions et perspectives

 

Si les COPs permettent un coup de projecteur évident pour les enjeux liés à et au climat, le PFE estime que les véritables lieux officiels pour promouvoir les contributions de la communauté internationale de l’eau et valoriser ses solutions doivent être cherchés ailleurs : Dialogue de Talanoa et organes de la Convention Cadre des Nations unies pour le Changement Climatique, comme par exemple son Comité de l’adaptation.

 

Des actions doivent également être menées vers les Etats pour la prise en compte de l’eau dans leur politique nationale, vers les bailleurs de fonds internationaux et vers les décideurs locaux qui décident de la mise en place de projets.

 

Événements suivants

 

Le PFE était présent lors de la Conférence internationale portée par la France le 12 décembre prochain à Paris (One planet Summit) visant à mobiliser l’ensemble des acteurs économiques et financiers afin d’orienter les financements vers la lutte contre le changement climatique.

 Consultez notre compte-rendu de l’événement ici.

 

La bibliothèque média du PFE pour la COP23

 

Retrouvez nos vidéos eau et climat sur les acteurs français de l’eau avec notamment Action contre la Faim, le PS-Eau, le CNRS Allenvi, IFREMER, Météo France, l’OIEau, le SIAAP, l’Office de l’Eau de la Martinique et Solidarité Eau Europe

 

Nos vidéos eau et climat sur nos partenaires internationaux avec notamment des ministres et élus venus du Tchad, du Niger, de la Mauritanie, des Iles Fidji, du Sénégal, du Cameroun, de la région du Sahara et du Sahel …

 

 

Retrouvez le carnet de bord quotidien du PFE sur la COP23 sur la page suivante : 

 

 

En direct de la COP23

 

 

Informations contextuelles

 


Calendriers

 

Calendrier officiel de la CCNUCC

 

Consultez :

 

la liste des side events 

 

la liste des exposants 

 

 

 Global action agenda 

 

Programme détaillé du GCA

 

 

Programme du Partenariat Français pour l’Eau

 

 

 

 

Programme à jour

 

 

Selection d’événements et programme des acteurs français de l’eau membres du PFE

 

 

Programme à jour

 

 

 

 


 

Implication du PFE

 

Messages du PFE

Le PFE a préparé collectivement avec ses membres une série de messages sur les thèmes du climat, des villes et de la sécurité alimentaire, examinés pendant la COP.

 

Retrouvez les ici.

 

 

Stand

 

Le PFE a soumis plusieurs demandes pour être visible lors de la COP :

Il a obtenu un stand en zone Bonn sur la semaine du 6 au 11 novembre. Retrouvez le guide d’information pour les exposants ici

 

 Le stand du PFE est situé en zone des expositions, n°F.06.03, (voir plan)

 

Plan zone Bonn

 

Evenements du PFE

 

Programme à jour

 

Communication

 

Le PFE a préparé un guide logistique, pratique et contextuel pour la participation de ses membres à la COP23.

 

Consultez notre guide COP23 ici.

 

 

Pour l’alimenter, répondez à nos deux appels à information : 

 

 

Inscription à la liste de la délégation française de l’eau présente à la COP23

 

 

Renseignements sur les évenements de la délégation française de l’eau à la COP23 

 

 

 


Contexte de la COP23 

 

La COP23 se déroulera du 6 au 17 Novembre 2017 au siège des Nations Unies à Bonn. Cette COP se situera à l’articulation entre deux périodes stratégiques avec d’une part le succès passé de la COP21 avec l’Accord de Paris adopté par tous les pays en 2015 ; et d’autre part une préfiguration du processus de bilan et de révision des contributions prises par les pays lors de la prochaine COP24 de 2018 qui devrait se dérouler à Varsovie.  Cette COP23 pourrait prendre une dimension particulière et politique du fait du retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris. Elle contribuera dans tous les cas à l’organisation du dialogue de facilitation qui aura lieu tout au long de l’année 2018, en vue de la COP24 qui sera décisive. Les acteurs de la société civile tels que le PFE pourront y promouvoir leurs messages pour réhausser les ambitions des contributions nationales déterminées des pays, sur les financements etc. 

 

 Lisez « la vision » exprimée par les Iles Fidji, à la présidence de cette COP

 

 


Informations pratiques sur la COP23

 

Les zones

 

Il y aura  deux zones spécifiques pour cette COP23

 

Une zone officielle appelée « Bula Zone » qui comprendra le « campus des Nations unies », les zones de conférence officielles et de presse

 

 

Une zone pour la société civile appelée « Bonn Zone » qui sera située au sein du Parc Reinaue et qui accueillera un espace d’exposition et de side events, ainsi que et contrairement aux éditions précédentes les pavillons des Délégations pays.

 

 

Les deux zones seront connectées par un service de bus régulier et d’une navette spécialement mise en place.  

Le temps de trajet entre ces deux zones est de 9 minutes par navette ou 15 minutes à pied. 

 

Retrouvez un plan d’accès pour relier les deux zones ici : https://goo.gl/images/3jbQEC

 

Inscriptions à la COP

 

Pour obtenir un badge zone Bonn, chacun devra s’inscrire par l’intermédiaire d’une organisation ayant le statut d’observateur au plus tard le 25 août.

 

Le PFE a reçu un statut d’observateur et a sollicité ses membres pour qu’ils fassent connaitre leur souhait de bénéficier d’une accréditation. Le PFE a reçu un faible nombre d’accréditations pour la zone Bonn, société civile. Le PFE répartira parmi les membres qui en ont fait la demande les accréditations reçues.

 

Plus de détails concernant les inscriptions : http://unfccc.int/parties_and_observers/observer_organizations/items/10383.php#gc_2

 


Hébergements : réservation nécessaire dès maintenant

 

Il est possible de faire une demande sur mesure au contact suivant : a.isengard@bonn-region.de, ou en remplissant le formulaire disponible ici.

 


Side events 

 

 

Les appels à side event sont désormais clos. Il est possible de consulter un manuel à destination des organisateurs d’événements ici :  

 

https://seors.unfccc.int/seors/seors/pdf/UNFCCC_SEORS_user_manual.pdf

 

 

 


La route jusqu’à la COP23

 

 

Plusieurs événements préparatoires à la COP jalonnent le chemin jusqu’à la COP23 :

 

Forum Mondial des Coalitions (GCA) : un « Forum Mondial des Coalitions (GCA) » s’est tenu le 10 septembre à Agadir, dans la droite lignée des travaux entrepris par les alliances rassemblées au sein du Partenariat de Marrakech à la suite de la COP22

 

Climate Chance La deuxième édition du Forum Climate Chance s’est tenue les 11-13 septembre à Agadir.  Chaque coalition d’acteurs formée à Nantes, dont la coalition des acteurs de l’eau et du climat – incluant le PFE – ont pu organisé un « Forum thématique ». Le PFE était coordinateur du Forum Thématique eau. Consultez notre compte-rendu de Climate Chance ici.

 

 

Une conférence eau et climat : comme l’année dernière à Rabat, le Conseil Mondial de l’Eau et le gouvernement marocain se mobilisent pour organiser une pré-COP focalisée sur l’eau. Celle-ci devrait se tenir à Marseille les 18 et 19 septembre.

 

 

Sommet International sur « L’eau et le climat : les grands fleuves du monde se rencontrent » :  Le Ministère italien de l’Environnement, de la Protection du Territoire et de la Mer organisent le Sommet International sur « L’eau et le climat : les grands fleuves du monde se rencontrent » du 23 au 25 octobre 2017 à Rome, en Italie..

Ce sommet international est organisé sous l’égide de la Présidence de la République italienne et de la Présidence du Conseil italien des Ministres et en partenariat avec le Réseau International des Organismes de Bassin (RIOB, Secrétariat des Alliances Mondiales pour l’Eau et le Climat – AMEC) et AquaMadre comme étape préparatoire à la COP23 et au Forum Mondial de l’Eau 2018.

 

 

 


Une analyse de l’état du climat et de l’eau aujourd’hui 

 

Retrouvez tous les trois mois et à l’approche de la COP23 un point de situation du PFE donnant une perspective des acteurs français de l’eau sur le dossier eau et climat.

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour retrouver tous nos points trimestriels.

 

 

Un peu plus d’un an après le succès de la COP21, les enjeux liés au changement climatique restent plus préoccupants que jamais. Dans son dernier état des lieux sur le climat global , l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) nous apprend que l’année 2016 est la plus chaude jamais enregistrée, avec une augmentation de 1,1°C par rapport à la période préindustrielle soit 0,06°C de plus qu’en 2015.

Par ailleurs, rappelons que la somme des contributions nationales (NDC) soumises par les Etats à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) suite à la COP21 correspond à une augmentation estimée entre 2,7°C et 3,5°C en moyenne des températures terrestres d’ici 2100. Les efforts restent donc insuffisants pour maintenir l’élévation des températures en dessous de 2°C, objectif initial de la COP21.

En parallèle l’annonce de Donald Trump sur le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris a porté un réel coup à l’impulsion politique donnée lors de cette COP21.

Les questionnements sur l’avenir des négociations internationales et sur notre capacité à lutter contre les changements climatiques sont donc plus forts que jamais. 

Il apparait urgent de rehausser les ambitions des Etats en vue d’une réévaluation des NDC. Or, le processus de bilan et de révision de ces contributions ne sera préfiguré qu’en 2018 à la COP24. Les stratégies d’adaptation sont donc désormais incontournables pour beaucoup de pays. Il est cependant primordial de rappeler qu’elles ne doivent pas apparaître comme des substituts aux stratégies de réduction des gaz à effet de serre. Ce point de vigilance est particulièrement important au vu du contexte international et de l’arrivée d’un climato sceptique à la tête du deuxième pays plus gros émetteur de CO2 au monde. Les attentes concernant la prochaine COP qui aura lieu à Bonn (Allemagne) en novembre 2017 sous la Présidence des Iles Fidji semblent donc relativement faibles.

 

 


Des avancées pour l’eau à prolonger

 

Certaines évolutions positives dans le secteur de l’eau doivent cependant être soulignées, à commencer par le dynamisme de la société civile, toujours plus active dans la lutte contre le changement climatique, visible lors de la COP22 notamment. La mise en place du Partenariat de Marrakech pour l’Action Climatique Globale permet de commencer à structurer l’action des acteurs non-étatiques en lien avec les Etats. Le secrétariat de la CCNUCC montre une réelle volonté de jouer son rôle de coordination de l’ensemble des acteurs autour des 7 thématiques retenues à Marrakech (utilisation des sols, océans, eau, établissements humains, transport, énergie, industrie). Les « technical examination process on adaptation » (TEP-A) établis lors de la COP21 et portés par le Comité de l’Adaptation, organe subsidiaire de la CCNUCC, permettent l’émergence de réflexions plus concrètes sur un certain nombre de sujets au sein de négociations climatiques. Les thèmes retenus pour cette année 2017 par le TEP-A incluent l’eau. Cela apparaît comme un signal positif, bien que les discussions au sein des organes de la CCNUCC s’avèrent encore très éloignées des difficultés rencontrées par les populations qui subissent au quotidien les conséquences dramatiques du réchauffement.

 

 


Retour sur : le bilan du PFE à la COP22

 

Le PFE était présent lors de la COP22 et tire son bilan.

 
20161117_101351

La COP22 avait été annoncée comme la COP de l’action pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Elle aura surtout été la COP de la préparation de l’action, en initiant la préparation d’un cadre de mise en œuvre. Les négociations ont été lentes et difficiles, tout en permettant certaines avancées, notamment pour le domaine de l’eau.

 

Deux documents officiels sortent de cette COP :

 

  • Les décisions du CMA1 (Parties ayant ratifié l’Accord de Paris) et de la COP22 ;

 

  • La proclamation de Marrakech pour le climat et le développement durable : une déclaration politique reprenant les points essentiels de l’Accord de Paris, en réaction à l’élection du nouveau Président des Etats-Unis.

 

Ces deux documents sont disponibles sur le site internet de la CCNUCC : http://unfccc.int/2860.php

 

 

Retrouvez également le document sur les ententes des alliances eau et climat

 

 

Consultez notre Bilan de la COP22

 

Consultez notre Communiqué de presse : COP22 : Un bilan en demi-teinte mais des avancées indéniables pour l’eau

 

Retrouvez ci-dessous un retour vidéo sur ces deux semaines par Philippe Guettier, Directeur Général du PFE :

 

 

 

 

Retrouvez une revue de presse complète mesurant la visibilité du PFE et de ses membres, de l’initiative climateiswater et de l’eau en général au sein de la COP22

 

Actualités liées

  • Stratégie jeunesse 2017-2022 et actualités du Secrétariat international de l’eau

    17.10.17 Lire la suite
  • La France lance son plan climat pour concrétiser l’Accord de Paris

    17.07.17 Lire la suite