Committed to water for the world Engagés pour l’eau du monde
Découvrir le FME Dakar 2022

En direct du Sommet Mondial Climate Chance à Nantes!

Retrouvez le compte-rendu du PFE en direct de Nantes les 26 au 27 septembre 2016!

climatechance

 

Conclusion

 

Climate Chance fut une belle manifestation de valorisation des initiatives de la société civile, en particulier de celle de l’eau avec l’organisation d’un Forum dédié et la création d’une dynamique pour les 3 ans à venir.  La déclaration générale et les diverse feuilles de route, dont celle  sur l’eau élaborée  par  l’alliance pour l’eau crée pour l’occasion ( à laquelle plusieurs membres du PFE ont apporté une part active) vont être maintenant transmise aux championnes. L’implication du PFE était donc très utile. Il faudra s’assurer maintenant que cette manifestation reste vivante au-delà de l’édition prévue à Marrakech en 2017 et que  les moyens  du suivi du Global Action Agenda et de la plateforme NAZCA soient au rendez-vous. Après que les Nations-Unies et la France aient encouragé la société civile dans cette mobilisation « pour faire bouger les Etats », on doit veiller à ce que le « soufflet » ne retombe faute d’appuis côté des puissances publiques.

Pour le secteur de l’eau, cet événement de Nantes a été l’occasion d’une première rencontre entre les acteurs directement engagés dans le thème de l’eau et du climat dans l’optique de rassembler les forces pour peser sur les décisions de la communauté internationale. Le PFE est totalement impliqué dans ce dispositif.

 

Reporting quotidien

 

Mercredi 28 septembre

 

  • Forum Habitat III

 

Une introduction a été faite par le Ministre du Logement d’ Equateur et Maryse Gautier (négociatrice française) sur  Habitat III à Quito (10-15 octobre 2016) qui sera une  étape importante vers la COP22 pour créer une cohérence entre les ODD eau, climat et villes durables.

JL Chaussade (Suez) a rappelé que le problème de l’accès aux besoins essentiels dans les villes allait devenir un problème majeur pour faire face aux conséquences  de l’urbanisation  et  notamment la  croissance des  megalopoles qui s’était fortement accélérée des dernières  années et était appelée à continuer. Dans le cadre de l’appel à projets pour le climat, plus de 100 entreprises et villes avaient déposé des propositions,  ce qui montre avait une mobilisation forte de la société civile….. mais il a signalé  qu’il manquait  un outil de reportage pour séparer le bon grain de l’ivraie,  et surtout, organiser un  « reporting »( suivi  et  vérifications).

 

Jeremie Pellet (Adjoint au DG de l’AFD) a rappelé la place du climat dans les financements AFD qui concerne plus de 50% des opérations de l’agence , qu’il y avait  continuité et de complémentarité entre climat et développement, que les besoins estimés sont très largement  supérieurs à la capacité des bailleurs de fonds internationaux et appelle une diversité de moyens de financements. Il a mentionné  le souhait de travailler directement avec les villes, mais que cela passait par un  besoin d’une décentralisation dans les pays du sud qui implique des engagements de soutien des Etats.

 

 

  • Forum Adaptation

 

Introduction de Lucie Blondel  de Climate Alliance, (coalition NGOs+Collectivités locales+ Business), Henri Robert -(Grenn-Cross) et Dominique Heron (chambre de commerce internationale).

 

Une occasion intéressante d’échanges  sur des pratiques géographiques très diversifiées (Bratislava, Goass au Senegal, Nouvelle-Caledonie, ; Tetouan au Maroc, etc)

 

Une occasion de voir que les problèmes d’eau se retrouvent au carrefour de multiples situations ce qui a généré plusieurs interventions sur l’eau de nos collègues de la Coalition-eau

 

 

  • Séance de Clôture

Introduction assurée par Thomas Pesquet, astronaute français.

Synthèse des coalitions par  Prita Lindholm, Bureau Bruxelles de la Climate Alliance  qui a insisté  sur les nécessités d’organiser des coordinations et synergies entre les domaines.

 Le  Bilan des ateliers par Pierre Radanne  a illustré la richesse des propositions, mais aussi les complémentarités  à trouver – ou contradictions à lever-  sur le temps (inertie/dynamique), su les domaines (sectorisation/globalité) et les espaces (local/global).

Jean Jouzel  a rappelé l’urgence  de prendre  de nouveaux chemins climatiques si nous voulons rester sur l’objectif ds 2°C ( point qu’il avait eu l’occasion d’ illustrer  par les travaux du GIEC lors de son discours d’ouverture) ,  et a complété cette intervention en rappelant que ces problèmes posaient, aussi  un problème de justice climatique vis a vis des pays pauvres , mais en France , aussi, vis a vis de nos populations les plus défavorisés  qui sont, toujours les premières victimes des conséquences de mal-environnement. Pour mieux faire comprendre la complexité des problèmes scientifiques , il a appelé, enfin à un renforcement des liens entre chercheurs et membres de la /société civile.

Ronan Dantec a fait adopter  la déclaration de Nantes par acclamation. Il a  mentionné le besoin d’accorder une place plus importante à l’adaptation dans laquelle le dossier de l’eau est majeur et le besoin d’être inclusif, donc d’organiser des échanges et synergies  entre les coalitions. La déclaration va être transmise aux deux Championnes et les propositions qui y figurent seront mises en débat à Marrakech pour des suites à donner.

Une intervention remarquée a été faite par des représentants des jeunes qui demandent à être plus intégrés dans les processus liés au climat.

 


 

Mardi 27 septembre

 

  • Forum Eau et Climat

 

Ce mardi 27 septembre s’est tenu un Forum Eau et Climat créé par une coalition d’acteurs internationaux de l’eau, lancée à l’occasion du sommet Climate Chance. Le PFE est l’un des leaders de cette nouvelle coalition aux cotés de la Coalition Eau, SUEZ, le Réseau International des Organismes de Bassin (RIOB), et Aqua Publica Europea. Celle-ci comporte à ce jour plusieurs membres internationaux.

 

Ce Forum de deux heures a permis de faire le point sur les différentes initiatives eau et climat, présentées l’année passée dans le cadre du Lima to Paris Action Agenda lors de la COP21 ainsi que de présenter la toute nouvelle feuille de route réalisée par ce collectif et qui sera remise aux deux championnes du climat : Hakima El Haite, ministre de l’environnement du Maroc et Laurence Tubiana, ambassadrice pour le climat.

 

Cette session modérée par Karin Lexen, directrice du Stockholm International Water Institute (SIWI) a débuté par une présentation des trois initiatives, piliers du Lima to Paris action agenda:

 

Edouard Boinet, représentant le RIOB a ainsi fait le point sur la signature du Pacte de Paris pour les bassins, et a énoncé les 4 engagements prioritaires de ce pacte :

 

  • Renforcement de capacité
  • Adaptation de la plannification dans la gestion par bassin 
  • Renforcement de la gouvernance, notamment participation des parties prenantes
  • Soutien des financements adéquats

 

Aujourd’hui  350 organisations de 94 pays ont signé ce pacte.

 

Cate Lamb était la porte parole de la business alliance pour présenter les engagements de plusieurs entreprises visant à agir dans le domaine de l’eau et du climat. Parmi les engagements nommés, on peut citer : 

 

  • La mesure et le reporting régulier des données sur l’utilisation de l’eau
  • L’analyse et le rapport des risques liés à l’eau et
  • La mise en place de stratégies de réponses collaboratives
  • La réduction des impacts sur la disponibilité et la qualité de l’eau 

 

Un objectif : sécuriser 1000 signatures d’entreprises d’ici 2018.

 

Le SIAAP représenté par son vice président a pris la parole pour introduire la Megacities Alliance visant à établ
ir un dialogue entre les villes sur le domaine de l’eau et du changement climatique ; . Une présentation sera également faite lors d’Habitat III, l’échéance onusienne à suivre courant octobre qui déterminera un nouvel agenda urbain mondial pour les années à venir.

 

img_0756-3

 Jean-Didier Berthault, vice-président du SIAAP, présente la Megacities Alliance

 

 D’autres initiatives complémentaires ont également étés défendues :celle d’une intiative eau et climat collective des ONG, promue par Virginie Bineau de l’Effet Papillon / Eau Vive, portant sur plusieurs axes : 

 

  • Politique et financements adaptés
  • Suivi des engagements des Etats
  • Accompagnement des collectivités 
  • Faire monter les besoins réels, et apporter des solutions concrètes.

 

Les jeunes ont également pu faire entendre leur voix à travers la présence d’une représentante du GWP venue du Salvador.  Suite à la création et à la présentation d’un livre blanc eau et climat de la jeunesse lors de la COP21, les initiatives jeunes se consolident et seront présentes lors de la COP22.

 

img_0763-1

Vilma Chanta du GWP fait se lever la salle à la fin de sa présentation sur l’initiative jeunes et climat

 

Dans un second temps, le public a pu découvrir la feuille de route réalisée par les leaders de la coalition.

.

Philippe Guettier, directeur du Partenariat Français pour l’Eau en a présenté les différents pilliers.

 

img_0768-1

Philippe Guettier du PFE expose les contours de la feuille de route construite avec les leaders de la coalition eau et climat

 

Objectifs

 

  • Mettre en avant le rôle et avancées des acteurs non-étatique
  • Contribuer à la mise en œuvre de l’accord de Paris
  • Plaidoyer auprès du gouvernement.
  • Renforcer les synergies entre les différents coalitions

 

Quelle gouvernance ?

 

  • Gouvernance géographiquement équilibrée et inclusive
  • Transparente, avec des rendus réguliers, et qu’on puisse faire venir un certain nombre d’acteurs de l’eau.

 

Quels messages?

 

  • L’eau , l’une des premières victimes du changement climatique
  • L’eau : présente en force dans le volet adaptation mais aussi dans l’atténuation :
  • Des financements adaptés sont nécessaires
  • Les acteurs non étatiques sont une partie de la solution

 

Des priorités stratégiques ont ensuite étés énoncées par Kristel Malègue (Coalition Eau) et Jean Pierre Maugendre (SUEZ) parmi lesquelles :

 

Le suivi de de cette coalition, celui du lien entre l’eau et les autres secteurs; la bonne mise en œuvre de l’accord de Paris, en cohérence entre celle des objectifs de développement durable et de l’accord de Paris. La nécessité de promouvoir le développement des connaissances, d’avoir des données plus fiables et de partager les solutions non étatiques ont également étés cités comme des priorités. 

 

La conclusion de la session a été assurée par Jean Marie Tétard qui a salué l’initiative, rappelé que l’eau est l’effet le plus spectaculaire du changement climatique, mentionné un double défi : adapter la gestion de l’eau au climat, et apporter de l’eau potable aux plus démunis. Il a également apporté l’idée d’un soutien des parlementaires pour promouvoir les messages de cette coalition dans leurs instances.

 

img_0777

 Intervention de clôture de Jean-Marie Tétart

 

Le mot de la fin est enfin revenu à Tom Soo, directeur du Conseil Mondial de l’Eau qui en tant que coordinateur de l’initiative internationale Climateiswater a insisté sur l’unité du monde de l’eau pour faire face aux défis du climat.

  

Retrouvez le témoignage d’Edouard Boinet (RIOB) après sa présentation.

 

 

 

ainsi que le retour de Jean-Marie Tétart, député et représentant du PFE

 

 

 

Vous pouvez par ailleurs consulter les powerpoints des différents intervenants ici :

 

1-Introduction_Karin-Lexen

 

2-Paris-pact_Edouard-Boinet

 

3-Business-alliance_Cate-Lamb

 

4-Megacities-alliance_Jean-Didier-Berthault

 

 

  • Stand

 

 

Le PFE a été présent toute la journée avec un stand partagé avec la Coalition Eau et le mouvement Eau, planète et peuples.

 

stand-climate-chance

 


 

Lundi 26 septembre

 

 

  • Cérémonie d’ouverture

 

 

La cérémonie d’ouverture de Climate Chance a permis de mesurer l’engagement des acteurs non étatiques dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris – jeunes, ONG, femmes, communautés autochtones, entreprises et industries, organisations agricoles, syndicats – et leur force collective fondée sur de multiples expériences et innovations. Ces acteurs ont lancé un appel à l’action et pèsent sur les Etats pour que ceux-ci tiennent leurs engagements et les révisent avec plus d’ambition en 2018. Les sujets suivants ont particulièrement été mis en avant :

 

  • Le rôle de l’éducation
  • L’appui que les acteurs non étatiques peuvent apporter aux Etats pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris via le développement de coalitions sectorielles, internationales et multi-acteurs agissant au niveau global et aussi au niveau des pays
  • La justice climatique et une solidarité planétaire
  • La nécessité d’un prix du carbone et d’une économie décarbonée
  • La cohérence avec les Objectifs de Développement Durable
  • Le changement de paradigme comme opportunité majeure pour favoriser l’emploi
  • La facilitation du financement des actions climat des acteurs non étatiques
  • La nécessité d’associer le monde de la recherche

 

Les débats tenus dans cette cérémonie d’ouverture ont particulièrement mis en exergue la nécessité d’une vision commune du monde en 2050.

 

Ségolène Royal dans un message vidéo a indiqué que sa priorité était l’entrée en vigueur avant la fin de l’année 2016 et dans la mesure du possible avant la COP22 ce qui nécessite la ratification dans ce délais de l’Union Européenne.

 

Cette cérémonie d’ouverture a essentiellement parlé des questions d’atténuations. Il est essentiel de mobiliser la communauté non étatique du climat sur l’adaptation.

 

 

 

 

 

 

  • Dialogue de haut niveau : quelle gouvernance de l’Agenda des Solutions pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris ?

 

 

Laurence Tubiana, ambassadrice français eau et climat et championne pour le climat a organisé une consultation des acteurs non étatiques sur la gouvernance, la mise en œuvre et le suivi des alliances du Global Climate Action Agenda.

 

A ce stade, il semble que cette feuille de route soit encore à son démarrage. Les pistes d’actions suivantes sont sorties de cette consultation :

 

  • Sortir de Marrakech avec une feuille de route de tâches précises et opérationnelles à réaliser
  • Des coalitions suffisamment bien organisées pour pouvoir aider et peser sur les Etats
  • Une définition la plus précise possible d’une vision à long terme
  • Choisir un mécanisme simple, qui créé de la transparence, coordination des différents niveaux, continuité politique
  • Faciliter le changement d’échelle pour démultiplier le nombre d’acteurs engagés
  • Veiller à l’équilibre entre l’adaptation et l’atténuation
  • Mettre en place un système de suivi des engagements pris en cohérence avec celui des ODD 

 

 

 

Le monde de l’eau international a été bien représenté pour cette première journée. Le secrétariat du PFE et plusieurs de ses membres y ont été actifs. 

 

 

Consultez dès à présent la déclaration finale présentée à ce sommet.

 

 

Contexte

 

Climate Chance : Un nouvel événement à forte portée

 

Du 26 au 28 septembre 2016, la première édition du sommet Climate Chance réunira à Nantes les acteurs non étatiques engagés dans la lutte contre le changement climatique.

Avec une édition chaque année, le sommet Climate Chance a vocation à devenir le rendez-vous régulier de l’ensemble des acteurs non-étatiques engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Plus de 3000 participants originaires de 62 pays différents sont attendus, parmi lesquels de nombreux maires et élus. 

De ce sommet découlera une déclaration finale qui sera remise aux deux championnes du climat que sont Laurence Tubiana, ambassadrice française chargée des négociations sur le changement climatique et Hakima El Haite, ministre déléguée chargé de l’Environnement du Maroc.

Les deux championnes recevront également 16 roadmaps sur 16 thématiques prioritaires conçues par des coalitions d’acteurs internationaux.

 

 

Le PFE, co-leader d’une coalition d’acteurs internationaux pour l’eau

 

Le PFE a été sollicité par les organisateurs pour être l’un des co-pilotes de la coalition d’acteurs dédié à l’eau. Cette coalition se réunira d’année en année lors du Sommet et élabore actuellement la roadmap eau.

Leaders de la coalition: Aqua Publica Europea, Coalition Eau, French Water Partnership, International Network of Basin Organizations (INBO), Suez

 

Membres de la coalition: AGWA Policy Group, Aqua Publica Europea, ARCEAU, Butterfly Effect, CDP, City of Paris, Coalition Eau, Conseil Mondial de l’Eau, Eau de Paris, Eau Vive, Green Cross France and Territories, French Ministry of Foreign Affairs, French Water Partnership, ICLEI, International Network of Basin Organizations (INBO), International Office for Water, Programme Solidarité Eau (pS-Eau), SIWI, Suez, WaterAid, World Youth Parliament for Water, Public Services International, Women in Europe for a Common Future France (WECF-France)

 

 

Actions du PFE

 

Lors du Sommet Climate Chance 2016, le PFE sera le co-organisateur d’un Forum Eau qui prendra la forme d’un événement de deux heures visant à faire un état des lieux sur les initiatives du Global Action Agenda (ancien LPAA) initiées sur les thématiques des bassins, des villes et des entreprises. Un point sera également réalisé sur les ONG et les jeunes.

La feuille de route « roadmap » sera ensuite présentée et les perspectives futures envisagées. 

Celui-ci se déroulera le mardi 27 septembre de 13h-15H. 

Retrouvez le programme prévisionnel ici.

De nombreux membres du PFE seront présents lors de Climate Chance, à travers ce Forum Eau mais aussi à travers des stands tels que la Coalition Eau (où vous pourrez retrouver de la documentation PFE) ainsi que SUEZ, Veolia.. 

Une réunion aura lieu le mardi 26 septembre de 16h-18h sur les questions de gouvernance relatives aux différentes initiatives eau existantes, pilotée par le ministère de l’écologie, de l’énergie et de la mer français.

 

 

En savoir plus : www.climatechance2016.com/fr