#DéfiEau2030 : Gestion et partage durable de l’eau

21.03.17

Retrouvez sur cette page les résultats du défi « gestion durable de l’eau » mené dans le cadre de l’atelier #Défieau2030, organisé par le Partenariat Français pour l’Eau et le Ministère chargé de l’environnement

Les participants

 

 

Modératrice :

BELBEOC’H Anne – Agence de l’Eau Seine Normandie

 

Participants :

BONPAIN Lucie – Sciences Po Paris

FRICARD Antoine – Agroparistech

MARCOVITCH Daniel- Partenariat Français pour l’Eau

MUSSO Léa – Ponts et Chaussées

NOCHER Danielle – Journaliste Valeurs Vertes

POISSON Bruno – Ecocinetic

BENOIT Guillaume – Ministère de l’Agriculture

PELLETIER-LACROIX Catherine – Société Européenne des Réalisateurs pour l’Environnement

 


Perception des enjeux prioritaires 

 

Etat des lieux et obstacles

 

L’eau est aujourd’hui au croisement des usages industriels, domestiques, agricoles, etc. Elle peut également être un enjeu transfrontalier.

Ont été soulignés les points suivants :

  • Manque de partage d’informations et de données, qui ne circulent pas vers les personnes concernées
  • Problème d’arbitrage entre les différents usages
  • Eau commerciale , source de profit
  • Manque de volonté des politiques
  • Cadres de concertation encore trop faibles, conflits et nationalismes
  • Pratiques agricoles non vertueuses
  • Mise en danger des systèmes (érosion des sols, envasement des retenues des barrages, déforestation)

 


Que vise l’Agenda 2030 à ce sujet ? Identification de solutions pour y parvenir 

 

Résultats attendus par l’Agenda 2030:

 

  • OBJECTIF 6 EAU – 6.4 D’ici à 2030, faire en sorte que les ressources en eau soient utilisées beaucoup plus efficacement dans tous les secteurs et garantir la viabilité des prélèvements en eau douce afin de remédier à la pénurie d’eau et de réduire nettement le nombre de personnes qui manquent d’eau
  • OBJECTIF 6 EAU – 6.5 D’ici à 2030, assurer la gestion intégrée des ressources en eau à tous les niveaux, y compris transfrontaliers

 

Solutions identifiées lors de l’atelier pour y parvenir : 

 

  • Penser la gestion intégrée des ressources en eau et des savoirs (eau – sol – végétation)
  • Co-responsabilité des pays concernés par la même ressource
  • Décloisonner les informations, les données
  • Prospectives partagées (quels impacts du changement climatique sur les ressources?)
  • Passer à des politiques équilibrées de la demande

 


 

Définition d’un projet en réponse à un cas concret

 

Localisation : Le défi se situe au niveau du bassin du Danube, l’un des plus grands fleuves européens.

 

Enjeux posés :   Le bassin du Danube concerne 19 pays européens (Allemagne, Autriche, Slovaquie, Hongrie, Croatie, Serbie, Bulgarie, Roumanie, Moldavie, Ukraine, Italie, Pologne, Suisse, République tchèque, Slovénie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, République de Macédoine et Albanie). Certains de ces états sont en conflit juridique sur l’utilisation des eaux du fleuve, et ce malgré l’existence d’une commission internationale transfrontalière chargée de la concertation entre les pays du bassin. Il se pose aujourd’hui des problèmes de quantité et de qualité, entre les différents usagers (villes, industriels, agriculteurs). On note aussi un envasement de l’estuaire et une pollution entrainant la disparition de la faune aquatique et des oiseaux.

 

Problématique :  Quelles sont les solutions pour une gestion plus durable de ce bassin pour limiter les conflits entre les états mais aussi entre les différents usagers ?

 

Action proposée

 

Une vision partagée du Danube et ses affluents comme un patrimoine commun

 

 

Acteurs impliqués

 

  • Bénéficiaires  les 19 pays riverains et tous les usagers de l’eau
  • Les porteurs de projet : création d’une convention de programme intergouvernemental sous l’égide de l’UNESCO
  • Parties prenantes : organismes de bassins, le Réseau International des Organismes de Bassin, les syndicats représentants des usagers, la commission internationale transfrontalière

 

 

Description de l’action (étapes-clés, points forts …) 

 

  • Sensibilisation à l’appartenance de ce fleuve depuis des siècles : fête annuelle du Danube, réalisation de documentaires et organisation de conférences
  • Réalisation d’un état des lieux : valeurs du développement durable, les menaces, les besoins et évolution des besoins
  • Mise en œuvre de scénario prospectifs
  • Planification

 

 

Moyens pour assurer la pérennité du projet (financements, formation, choix des technologies …)

 

  • Cotisation des 19 pays à la convention
  • Création d’un fonds d’entretien fluvial, à l’image de ce qui existe pour les routes, qui serait un fonds national qui se verrait affecter par diverses taxes (taxe touristique, taxe de valorisation énergétique) etc.
  • Mobilisation des ressources compétentes et identification de points focaux nationaux
  • Points de vigilance : attention à la marchandisation de l’eau, et être vigilant au syndrome de réunionite. Garder en tête un projet de suivi et évaluation des actions données

 

Merci à tous les participants de cet atelier!