Retours d’AFRICITES : les collectivités des acteurs essentiels pour les services d’eau en Afrique

Le Partenariat Français pour l’Eau (PFE) a participé au 6ème Sommet Africités tenu à Dakar du 4 au 8 décembre. Ce Sommet était centré sur la construction de l’Afrique à partir de ses territoires et de ses collectivités locales. 5000 représentants des secteurs publics et privés, dont près de 3000 maires et élus locaux, étaient présents.

Cette participation du PFE lui a permis de prendre connaissance des dernières mutations que connait ce grand continent afin de définir des partenariats entre acteurs français et africains de l’eau pour répondre aux défis qui restent à lever.

L’objectif majeur dans ce secteur est l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous les africains.

Aujourd’hui, en Afrique, l’Objectif fixé en 2000 par la communauté internationale pour 2015 pour l’eau – diviser par 2 le nombre de personnes n’ayant pas accès à une eau de qualité améliorée – sera difficilement atteint. Celui fixé pour l’assainissement – diviser par deux le nombre de personnes n’ayant pas accès à des toilettes – n’a aucune chance de l’être.

Cette situation explique pourquoi l’eau est la première cause de mortalité sur ce continent.

Deux mécanismes au centre des débats pour atteindre ces objectifs :

-  La décentralisation des compétences et des moyens et un juste équilibre entre les responsabilités des Etats et des collectivités locales.

De nombreux travaux présentés à Africités montrent que les pays les plus avancés sur la voie de la décentralisation ont progressé plus rapidement que les autres vers les objectifs fixés par la communauté internationale. Différentes initiatives ont été prises lors de ce Sommet pour que les collectivités locales africaines s’organisent afin de constituer une pression plus importante vis-à-vis de leurs gouvernements (« la décentralisation se mérite »).

- La mise en place de mécanismes financiers de solidarité entre populations riches et pauvres des pays en développement et entre pays développés et pays en développement.

Plusieurs exemples ont fait l’objet de présentation comme ceux de l’Agglomération de Dakar et du Niger qui vont mettre en place de tels mécanismes, en priorité pour accélérer l’accès à l’assainissement de leurs populations pauvres.

L’expérience des acteurs français en faveur de tels mécanismes constituera prochainement la base de leurs relations collectives au titre du PFE vis-à-vis des acteurs africains :

- responsabilités des services publics d’eau et d’assainissement acquises par les collectivités locales françaises dans le cadre de la politique de décentralisation menée dans notre pays, suivi de l’efficacité de ces services, relations avec les usagers ;

- coopération décentralisée entre collectivités et agences de l’eau françaises et étrangères (loi Thiollière et Oudin-Santini), solidarité interne à la France (loi Cambon).

C’est sur ces bases que le Président du PFE, Henri Bégorre, Vice-Président du Grand Nancy et Maire de Maxéville, participera à la réunion des ministres africains de l’eau qui se tiendra à Dakar du 12 au 14 décembre. Il rencontrera en particulier le ministre nigérien de l’hydraulique et de l’environnement et les élus de Dakar.

Communiqué de presse :2012 12 10 communiqué après Dakar

Rapport d’activité : 2012 12 10 CR Africités PFE après Dakar

    

10/12/2012

Les commentaires sont fermés.