L’eau : un sujet insuffisamment pris en compte dans les négociations internationales sur le climat

La complexité des négociations internationales sur l’effet des activités humaines sur le changement climatique (mitigation) a conduit à un démarrage très tardif des discussions sur les mesures d’adaptation. L’eau, à ce jour, ne fait quasiment pas partie de ces dernières, même si elle est présente dans certains domaines importants comme l’adaptation de l’agriculture.

Mitigation et adaptation impliquent le monde de l’eau qui est à la croisée de quasiment toutes les activités sociales, économiques et environnementales. La communauté internationale doit apprendre à gérer l’eau comme une ressource, certes,  renouvelable, mais finie. L’adaptation devient une contrainte inéluctable et urgente pour beaucoup de pays compte-tenu des retards pris  dans l’application des accords internationaux sur le climat (cf pays asiatiques : Philippines, Indonésie et petites îles).

Resserrer les liens entre  le monde du climat et celui de l’eau

Le Forum mondial de l’eau tenu à Marseille en mars 2012 a été l’occasion pour la France et l’UNESCO IHP de « tirer la sonnette d’alarme » à ce sujet et de mobiliser différentes institutions internationales pour faire évoluer au plus vite cette situation.

Ainsi, aujourd’hui, des partenariats sont en cours d’élaboration avec, notamment, l’Organisation Météorologique Mondiale, la Water and Climate Coalition, l’Union européenne, UN Water, OCDE, AGWA. Quatre actions ont été lancées en vue de:

-  la publication d’un état des connaissances sur les impacts du changement climatique sur les ressources en eau souterraines, afin de porter cette question aux membres du GIEC,

- la création d’une plateforme internationale de scientifiques et de gestionnaires des ressources en eau pour faciliter la mise en œuvre de stratégies d’adaptation,

-  la création d’une plateforme internationale d’organismes de bassin expérimentaux  pour permettre des échanges de connaissances  entre gestionnaires de différentes régions du monde,

- la publication d’un référentiel dans le but de mettre au point de nouveaux outils de gouvernance.

Les acteurs français mobilisés dans cette démarche

Dans le cadre du Partenariat Français pour l’Eau, de nombreux  experts français sont mobilisés : Météo France, Agences de l’eau, ONEMA, ministère de l’écologie, l’AFD,  l’Office international de l’eau, l’Académie de l’eau.

Message du PFE pour Doha l’Eau un secteur central

Accréditation : Cécé

28/11/2012

Les commentaires sont fermés.